En changeant vos mots, vous changez votre vie


250px-Sir_Winston_Churchill_-_19086236948
Sir Winston Churchill

Au travers de l’histoire, de grands leaders ont utilisé la puissance des mots pour transformer nos émotions, pour nous engager dans leurs causes, et pour changer le cours du destin. De Winston Churchill avec sa focalisation sur « The Finest Hour » à Martin Luther King Jr. description du « Dream » nous sommes bien conscient que des croyances sont formés par des mots et elles peuvent être altérées par des mots. Mais parlons un peu de la capacité que nous avons tous en nous. Cette capacité d’utiliser des mots pour déclencher le changement, de nous faire passer à l’action et d’améliorer la qualité de notre vie.Nous savons tous que les mots sont des véhicules pour exprimer et partager notre expérience avec les autres. Mais est-ce que vous réalisez également que les mots que vous utilisez habituellement affectent également comment vous communiquez avec vous-même et donc votre expérience?

i-have-a-dream-speech-P
Dr. Martin Luther King Jr.

 

J’ai observé la puissance de juste changé un mot clé dans la communication avec quelqu’un et j’ai remarqué que la façon que les gens se sentent et se comportent, change instantanément. Et je peux vous dire qu’en changeant simplement votre vocabulaire habituel, les mots que vous utilisez constamment pour décrire vos émotions, vous pouvez instantanément changer votre façon de penser, de vous sentir et même de vivre. C’est cette puissance que je surnomme le « Vocabulaire transformationnel« . Utilisez consciemment vos mots pour améliorer la qualité de votre vie aujourd’hui et le reste de votre vie.

La langue Française contient environ 100.000 mots. Pourtant un adulte n’en utilise que environ 3.000 dans sa vie de tout les jours. Et le nombre de mots que nous utilisons fréquemment, les mots qui font partie de notre vocabulaire habituel? Pour la plupart des gens, ça avoisine les 200-300 mots. incroyable non?

Nous avons 3 fois plus de mots pour décrire des émotions négatives que pour décrire les émotions positives.

La plupart des personnes n’éprouvent aucune difficulté par la taille du vocabulaire qu’ils comprennent, mais plutôt par les mots qu’ils choisissent d’utiliser. Notre cerveau travail a une vitesse hallucinante, il essaye de nous aider comprendre ce que les choses veulent dirent et ce que nous devons faire au plus vite. Au final, on a tendance à utiliser les mêmes mots encore et encore. Souvent on utilise des raccourcis, mais ces raccourcis nous pénalisent émotionnellement.

Quand on demande a une audience de 1000 personnes ou même 10.000 personnes cette simple tâche de faire une liste des émotions qu’ils ressentent au moins 1 fois par semaine, la plupart fini en 5 minutes. Mais ils ne vont pas chercher les émotions qu’ils ressent rarement durant la semaine. Il notent celles qu’ils ressentent systématiquement. Souvent on arrive à environ 10 mots et plus de la moitié sont des mots qui représentent des émotions négatives. Ce qui veut dire que sur les 3000 que nous utilisons que 4-5 mots pour les bonnes émotions et que que pour les négatifs on en trouve constamment.

Est ce que vous avez déjà pris le temps de réfléchir consciemment aux mots que vous utilisez constamment pour décrire vos sentiments? Pensez vous que c’est possible que quand vous sentiez des émotions négatives, ces sensations sont transformées à partir du moment que vous leurs collez une étiquette?

Le problème c’est que nous ne choisissons pas les mots, pour décrire nos émotions, consciemment. Chaque émotion que nous vivons comme affligeant, nous avons des mots que nous y attachons inconsciemment. Le soucis c’est que les mots qu’on attache à notre expérience deviennent notre expérience. Les mots ont un effet biochimique sur notre corps. A partir du moment que vous utilisez un mot comme « dévasté » vous allez produire un effet biochimique bien différent que si vous dites « Je suis un peu déçu ».

C’est pas difficile de voir l’impacte que ça a quand d’autres personnes nous parlent. Par exemple, si quelqu’un vous à dis « Je pense que vous vous trompez » contre « Vous vous trompez », pensez vous que vous auriez une réaction biochimique différente en réponse à cette différence de quelques mots? La même chose se passe avec les mots qu’on utilise durant notre dialogue interne, mais on est encore moins conscient de leurs impacte.

J’ai commencé à devenir conscient du pouvoir des mots, qu’on utilise pour coller une étiquette sur nos émotions, durant une session de coaching il y a quelques années. Je partageais mon opinion sur la situation de la personne en face de moi, que je pensais important pour l’aider de bon cœur. Mais malheureusement cette personne à pris mon avis pour un jugement. En lui répétant exactement les mêmes propos avec d’autres mots qui lui convenaient mieux elle a fini par être d’accord avec moi.

Mais avant d’avoir trouvé les bonnes paroles, me sentir gêné serait un euphémisme.

Ça me semblait tellement ridicule que juste quelques mots avait complètement changé l’expérience de cette personne.

Je me suis demandé si les mots qu’on attache à notre expérience, peuvent devenir notre expérience. Est-ce que les mots ont un effet biochimique? Depuis que j’ai commencé a y faire attention j’ai remarqué que la façon dont différentes personnes parlent et la façon d’exprimer leurs expérience augmentait ou atténuait l’expérience.

Du coup ça m’a donné une idée et durant 1 semaine j’ai décidé de d’abord analyser les émotions que je ressentait durant la semaine surtout les plus stressantes, et de trouver un mot atténuant ou qui rendait la situation ridicule pour casser mon schéma de me sentir mal ou de penser négativement. J’avais choisi le bon moment car j’étais en burn-out à ce moment là et c’est d’ailleurs cette façon de changer mon langage qui y a énormément contribué à pulvériser mon burn-out en un temps record

Je sais ce que vous pensez, est-ce que ce serait vraiment si facile que ça? Que juste en changeant nos mots habituels que nous utilisons pour décrire nos émotions, on pourrait changer la qualité de notre vie? La semaine est devenue 1 mois et je peux vous assurer que cette expérience était transformationnelle. Je ne veux pas dire par la qu’il n’y a pas des moments ou vous ne pouvez pas être triste, fâché ou frustré, mais l’idée d’avoir le choix conscient d’interrompre un mal-être est attrayant, non?

Voici ce que j’ai remarqué: Si vous voulez changer votre vie, si vous voulez adapter vos décisions et vos actions, alors la clé c’est de modifier vos schémas émotionnels. Un outil fondamental qui peut tout changer plus rapidement que quoique ce soit est de consciemment choisir les mots que vous allez utilisez pour décrire comment vous vous sentez. C’est ainsi que vous créer un niveau de choix au lieu d’avoir une réaction habituelle

J’appelle ça un Vocabulaire Transformationnel parce que ça vous donne le pouvoir de changer vos expérience dans la vie en diminuant l’intensité de vos émotions négatives jusqu’au point ou ils ne vous contrôlent plus. Mais également d’amplifier l’intensité d’une expérience positive à un niveau de plaisir complet.

Vous vous demandez sûrement en quoi ça fait une différence de jouer avec les mots? Mais testez le vous-même dans votre vie, vous saurez que c’est vrai. Comment serait votre vie si vous pouviez diminuer l’intensité des émotions négatives? Comment serait la qualité de votre vie si vous pouviez amplifier l’intensité des chaque émotion positive?

rear view of woman 

Partagez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :